FĂȘtes traditionnelles

Les fêtes de Gayant, très attendues chaque année, se déroulent le dimanche qui suit le 5 juillet, et ce, pendant trois jours. N'oubliez pas non plus la fête de la Batellerie le 1er mai.

Porteurs de la famille Gayant (c) Ot Douai

 

«Gayant» est tout simplement la forme picarde du mot géant

GĂ©ants de Douai (c) D. Langlet

 
 
De la naissance en 1530 de Monsieur Gayant, père des géants,  au classement de la famille Gayant au patrimoine immatériel  et oral de l’Humanité par l’UNESCO, il y a un pas… de géant !
Car si aujourd’hui l’image de Douai est indissociable de ces  personnages atypiques, il n’en a pas toujours été ainsi…

 
 

Une famille pas comme les autres !

GĂ©ants de Douai (c) D. Langlet1530 : c’est lors de la procession en l’honneur de saint Maurand, saint patron protecteur de Douai, qu’apparaît pour la première fois Monsieur Gayant. Ce personnage au corps d’osier, fabriqué par la corporation des manneliers, s’impose immédiatement comme l’emblème de la ville. 1531 : de peur que Monsieur Gayant ne se sente trop seul, les Douaisiens lui présentent Marie Cagenon, jeune et jolie géante. Le coup de foudre est immédiat ! Madame Gayant accompagne son mari dans toutes les processions.

Le temps ne semble pas compter pour nos deux géants. Ainsi, ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’apparaissent trois enfants : Jacquot, Fillon et Binbin. La famille est au complet et connaîtra un destin digne des plus grandes épopées : condamnée à disparaître en 1770 sur ordre de l’évêque d’Arras, elle ressuscite en 1778 pour être supprimée en 1792 lors de la Révolution Française. Mais comme par miracle, ils renaissent de leurs cendres en 1801 pour revêtir leurs costumes que nous leurs connaissons aujourd’hui.

2004 : c’est la consécration : les Gayant sont classés au patrimoine immatériel et oral de l’Humanité par l’UNESCO. Notre famille de géants tient enfin sa revanche sur tous les détracteurs qui ont jalonné son histoire.

Des chiffres à la «démesure» de leur popularité !

 

Monsieur Gayant

Photo

Hauteur 8,50 m

Poids 370 kg

Porté par 6 hommes
 

Marie Cagenon

Photo
Hauteur 6,25 m

Poids 250 kg

Portée par 6 hommes
 

Jacquot

Photo
Hauteur 3,40 m

Poids 80 kg

Porté par un seul homme.
 

Fillon

Photo
Hauteur 3,15 m

Poids 70 kg

Porté par un seul homme.
 

Binbin

Photo
Hauteur 2,40 m

Poids 45 kg

Porté par un seul homme.

Où - Quand ?

Plutôt discrète, la famille Gayant sort une seule fois par an, dès le dimanche qui suit le 5 juillet.

Mais elle ne rentre pas chez elle avant le mardi soir, après un défilé de 3 jours à travers les rues de Douai !

• Visites goûter chez Gayant, pour régaler petits et grands : chaque mercredi du 15 juillet au 31 août.

 

 

La Fête de la Batellerie à Douai-Dorignies 

FĂȘte de la Battellerie (c) D. Langlet Toute l’histoire de la batellerie douaisienne se concentre à Dorignies, devenu son centre névralgique après la dérivation de la Scarpe en 1865. Ici, chacun connaît de près ou de loin un descendant de batelier ou de marinier ! Ne soyez pas surpris si les quais semblent encore résonner de l’effervescence commerciale qui animait le hameau il n’y a pas si longtemps… Le rituel se perpétue depuis 1973 : chaque année au 1er mai, de magnifiques péniches pavoisées rivalisent d’ornementations pour célébrer le Pardon de la Batellerie. Cette fête commémore un événement bien particulier, cher à l’histoire de Dorignies et de ses habitants : la construction en 1897 d’un bateau-chapelle permettant aux mariniers d’assister aux offices religieux, interdit après seulement 3 célébrations de messe par l’Evêché qui a jugé l’idée peu catholique!